« La musique d’AGOP donne des envies d’ailleurs, des envies de danser, des envies d’aimer. Sa pop travaillée à force de groove solaire, est calibrée pour apporter de la douceur et des ondes positives ».

ELLE.fr

Agop c’est l’histoire d’un Marseillais d’origine arménienne qui voulait devenir Kurt Cobain. Les années ont passé, la rage est parfois restée dans la voix et le jeu de guitare mais les mélodies sont devenues plus douces. Plutôt que de terminer avec une balle dans la tête, Agop a choisi de garder le sourire et de célébrer la vie en chantant l’amour, et de prendre à contre-pied un monde qui perd la tête.

Agop c’est aussi l’histoire d’un gars qui aime faire des grands écarts. Fan des Beatles, de Yo La Tengo, de Pavement, d’Oasis et de Sam Cooke, il peut être obsédé des semaines par un titre de Lady Gaga ou de Justin Timberlake. Armé de ces influences variées, Agop se nourrit de ses trips intérieurs ou extérieurs (USA, Arménie, Brésil, Cuba…) pour donner naissance à ses hymnes pop.

Agop a enregistré son premier album « Songs of good hope » – sorti le 9 février (Kuroneko/Alter K) – dans le mythique Studio CBE à Paris (Lee Hazlewood, Sebastien Tellier, Lilly Wood&The Prick). Passionné de foot, Agop arrondit ses fins de mois en relatant les exploits de l’OM et voue un culte à Eric Cantona et Marcelo Bielsa, deux insoumis du ballon rond. N’attendez plus pour découvrir ce self-made man de la pop, qui a déjà séduit de nombreux médias (Monte le Son sur France 4, Rendez-vous en Terre Inconnue sur France 2, Prix Découverte Europe 1, ELLE magazine, beIN SPORTS, Inrocks Lab, Modernists…) et dont le public ne cesse de grandir !